Le pitch est devenu un outil incontournable. Car lorsqu’on fréquente le monde de l’entreprenariat ou des start-up, savoir se présenter et présenter son activité de façon convaincante et singulière permet de se démarquer et devenir visible. Et donc de vendre.

Mais, c’est quoi un pitch exactement ?

Il s’agit de savoir se présenter et mettre en valeur son activité, ses services ou produits, et affirmer sa valeur ajoutée et différenciante.

C’est rapide, direct, concis. Pas besoin de discours interminables à faire bâiller, ni de détails superflus à noyer les esprits.

Le défi du pitch est le savoir-faire (structure, contenu..) et le savoir-être (attitude, comportement…) pour le rendre efficace et percutant. Une condition sine qua non pour capter l’attention, et qu’un prospect devienne potentiellement un client.

La contrainte : le temps. Oui, car selon les situations, vous pouvez être amené à pitcher en 30, 60 ou 90 secondes. Les cas de 180 secondes sont plus rares.

Pourquoi préparer un pitch ?

Certains s’imaginent que l’improvisation est le meilleur des remèdes. Je vous le dis tout net : il n’en est rien. Jouer à l’improvisateur cool est un jeu où les échecs sont plus nombreux que les réussites. Un pitch se prépare, un point c’est tout.

Et justement, un pitch se mesure non pas à la qualité de votre logorrhée, mais bien aux résultats produits par votre pitch. Je vous l’accorde, c’est pragmatique, mais ça a le mérite d’éviter de flatter son ego, qui pourrait se laisser berner par la maîtrise de l’art de la rhétorique.

Quel est le but du pitch ?

Commençons par ce que n’est pas un pitch.

  • Ce n’est pas présenter l’ensemble de votre activité en long, en large et en travers.
  • Ce n’est pas présenter toute la gamme de vos produits/services.
  • Ce n’est pas présenter toute votre expertise.
  • Ce n’est pas faire feuilleter tout votre book.
  • Ce n’est pas lire tous les témoignages de vos clients.

STOP !

Qu’on se le dise ! Pitcher permet –juste- d’attiser la curiosité et de donner à votre interlocuteur l’envie d’en savoir plus sur vous, sur vos services/produits. Ne vous attendez pas à signer un contrat tout ficelé sur le coin d’une table !

L’idée, c’est donc de susciter une suite. Et la suite c’est un rendez-vous, qu’il soit téléphonique ou de visu. À cette occasion, vous aurez tout le loisir de développer votre propos et de fournir plus de détails, en fonction des demandes formulées et non formulées par votre prospect. Mais aussi de développer une relation avec lui, de façon à enrichir l’expérience client.

C’est juste ça un pitch ?

Oui, c’est juste ça en réalité. C’est simple, non ?.

Mais derrière cette apparente simplicité, se cache une réelle complexité.

  • Comment construire un pitch ?
  • Quoi dire et à quel moment ?
  • Comment être impactant ?
  • Comment le mettre en voix ?
  • Comment être sûr d’en dire assez ?
  • Comment être certain de ne pas en dire trop ?
  • Comment respecter le timing ?

Voilà les questions qui émergent forcément dès lors que l’on commence à se pencher sur la thématique pitch.

Vous voulez en savoir plus sur le pitch ?
Alors rejoignez la communauté des pitcheurs audacieux du groupe fermé FB Le bonheur est dans le pitch ! Cliquez ici.

Ne vous inquiétez pas, je répondrai pas à pas à toutes ces questions dans les prochains articles.

Restons connectés !

Avec joie et (im)pertinence,

Sylvie

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez pour contribuer à donner de la valeur ajoutée au web.

Je lirai avec intérêt et répondrai à votre commentaire, n’hésitez pas !