Un pitch se pense, avant de se rédiger, avant de se déclamer.
Pourquoi ? Parce qu’un pitch, c’est de la stratégie. Parce qu’on ne pitche pas pour le plaisir de pitcher. On pitche dans un but précis.

Alors nous verrons dans cet article les 5 premières questions que tout bon pitcheur qui se respecte doit se poser en amont. 

Question n°1 : Dans quel contexte ?

J’entends souvent dire : je vais travailler mon pitch une bonne fois pour toutes, ainsi il sera prêt. Sauf que…

Sauf qu’il est indispensable que vous adaptiez votre pitch au contexte dans lequel vous allez prendre la parole.

Parce que selon les contextes, vous orienterez votre propos de façon spécifique.

Essayez d’imaginer un même pitch pour :

  • introduire une réunion
  • présenter un nouveau collaborateur
  • annoncer un événement
  • tourner une vidéo

Franchement, si vous avez la méthode miracle, je suis preneuse de vos retours !

À faire : dressez la liste de tous les contextes dans lesquels vous évoluez et dans lesquels vous êtes amené à pitcher.

 

Question n°2 : Pour quel objectif ?

Il s’agit de pitcher en apportant du sens à votre propos et en définissant au préalable une finalité.

 

En un mot : quel est le résultat que vous souhaitez obtenir ?

Avez vous besoin de :

  • nouveaux clients ?
  • partenaires ?
  • commandes ?
  • recommandations ?
  • rendez-vous ?

À faire : définissez l’objectif que vous souhaitez atteindre pour chaque situation à venir.

 

Question n°3 : Qui sont vos interlocuteurs ? (cible)

Lorsqu’on me demande un accompagnement pour rédiger un pitch, je demande systématiquement quels sont les interlocuteurs à convaincre. Et j’ai souvent pour réponse : « bah, je ne sais pas… ».

Ce point est crucial et suppose un éclaircissement. Et si vous ne savez pas, renseignez-vous car vous pourriez alors plutôt jouer « au petit bonheur la chance » ! Mais honnêtement, vous n’avez pas le temps pour ça.

 

Donc, qui sont-ils ?

  • un potentiel partenaire ?
  • un fournisseur ?
  • une assemblée d’actionnaires ?
  • un employeur ?
  • une cohorte d’étudiants ?
  • un collaborateur qui a été délégué pour vous recevoir ?
  • une congrégation médicale ?
  • un réseau d’entrepreneurs ?

…etc

À chaque situation, correspondent des interlocuteurs différents.

Ces interlocuteurs ont des problématiques spécifiques et donc des besoins spécifiques.

Ces interlocuteurs seront sensibles à tel type de langage.

Ces interlocuteurs seront sensibles à votre parcours, que vous présenterez de façon orientée.

Ces interlocuteurs seront sensibles à votre niveau de formation, ou pas.

À faire : listez vos interlocuteurs en fonction des contextes, afin de vous donner toutes les chances de viser juste.

 

Question n°4 : Quel est votre message ?

Quelques que soient les contextes dans lesquels vous pitcher, vous avez un message à faire passer. Ce message a à voir avec vos convictions, votre vision, vos valeurs. C’est ce qui fait intégralement partie de vous et que vous avez à cœur de transmettre. C’est votre toile de fond, celle qui fait que votre intervention est unique, spécifique, singulière.

À faire : définissez ce que vous souhaitez que votre interlocuteur retienne en une seule phrase.

 

Question n°5 : Quel est votre grand WHY ?

Ce sujet mérite réflexion. Il concerne le sens de votre action. Quel est le but personnel de votre action ? Qu’est-ce-qui la motive au plus profond de vous ? Quelle est l’histoire de votre vie qui vous amène aujourd’hui à faire ce que vous faites ?

Oui, c’est une question de développement personnel. Mais c’est parce que vous aurez répondu sincèrement à cette question que votre pitch fera écho : parce que vous serez aligné et que générerez donc de la confiance.

À faire : posez-vous au calme, et repassez l’histoire de votre vie, en faisant des liens avec là où vous en êtes aujourd’hui.

 

 

Dans les prochains articles, nous passerons en revue les 5 dernières questions essentielles, avant de vous lancer à pitcher.

Restez connecté !

 

Avec joie et (im)pertinence,

Sylvie

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez pour contribuer à donner de la valeur ajoutée au web.

Je lirai avec intérêt et répondrai à votre commentaire, n’hésitez pas !