La confiance en soi : un sujet à la mode ?

Avez-vous remarqué le nombre de citations qui circulent sur les réseaux sociaux concernant le thème de la confiance en soi ? Le nombre de livres qui traitent de la confiance en soi ? Le nombre de formations qui promettent de vous libérer de vos peurs, de vos cuirasses, de vos carcans, de vos croyances ? Voilà un sujet bien à la mode, et qui je l’avoue est digne d’intérêt.

Ne vous y trompez pas ! Je suis de celle qui ont lu des bouquins, qui ont réfléchi à la question, qui ont abordé ce sujet lors de formations diverses et variées. Je suis aussi de celle qui propose des enseignements sur la confiance en soi et le lâcher-prise. Pourquoi me direz-vous ? Qu’est-ce qui fait la différence avec les autres ?

Ah, chers ami(e)s, c’est l’expérimentation ! La mise en action de ce qui a été lu, enseigné, intellectualisé, cogité !

La vie me présente LA situation… de confiance !

L’expérimentation par un baptême de moto ! Et voyez-vous, je retrouve le contexte de la prise de parole en public dans cette expérience…

Alors, voici MON cadre de départ : c’est dangereux, je ne me sens pas en sécurité, je n’ai pas confiance, je ne tiendrai jamais sur une moto, je n’aime pas la vitesse, je n’aime pas la sensation de glisse, je vais tomber dans les virages, d’ailleurs je n’aime pas les virages, le casque me compresse la tête, je n’ai pas la tenue de motarde adéquate pour me protéger en cas de chute, ça fait du bruit cet engin, en plus le relief est super vallonné, ce n’est pas l’idéal pour commencer… Evidemment, sourire –bienveillant- de mon hôte à l’écoute de ma logorrhée de préjugés, de peurs au ventre, de résistances… devant une forme de nouveauté.

Action… dans la confiance !

Puis me voici harnachée de mon casque, et mon hôte bienveillant me fait signe de monter, une fois le moteur vrombissant. Oh surprise ! Je monte et chevauche comme une fleur l’engin de feu. La confiance en moi monte d’un cran ! Collée à mon motard qui me fait signe de me cramponner, nous voici partis, tout en délicatesse.

Et là, forcément, la remarque que je pressentais : « tu sais, dans les virages, il est nécessaire que tu accompagnes le mouvement, sans résister, que tu me fasses confiance, que tu suives le mouvement de mon corps, autrement cela déséquilibre la moto. ». Et là, de lui répondre, forcément : « je comprends intellectuellement ce que tu me dis mais j’ai l’impression que je vais tomber ».

Compréhension dans le ressenti

Et c’est là que se trouve précisément la clé de la confiance en soi : dans le  lâcher-prise. A partir du moment où une nouveauté n’est abordée qu’au niveau intellectuel, elle est confrontée à un phénomène de blocage, conscient ou inconscient.

Au fil des virages, alors que je ne voyais pas la route, j’ai commencé en aveugle à me connecter à mon corps et à ressentir la fluidité s’installer. D’abord une sorte de bascule du bassin qui entraînait chaque vertèbre de ma colonne vertébrale, jusqu’à ma tête. Une prise de conscience dans le ressenti corporel, saluée par un pouce levé de mon motard.

Le lâcher-prise passe par le corps. Je l’ai expérimenté de nombreuses fois, et je continue à le vérifier à chaque fois. Le lâcher-prise passe par la confiance en la sagesse de notre corps qui sent, comprend intuitivement.

Dans cette expérience, j’ai vécu aussi la notion de plaisir à me laisser aller au mouvement, à laisser le vent me caresser et les rayons du soleil me faire des clins d’œil. Je me suis aussi rendue compte que j’ai desserré l’étreinte, que je me suis légèrement reculée sur la selle de la moto car j’avais gagné en sécurité et en confiance intérieures.

Moralités appliquées à la prise de parole en public !

1 : La difficulté première vient de nos propres résistances et de nos croyances sur nous-même.

2 : Notre corps est notre meilleur allié, notre meilleur guide. Ecoutons-le, et ajustons notre positionnement à chaque instant.

3 : Chaque expérience de nouveauté nous fait grandir, et nous donne l’occasion de renforcer les notions de sécurité et de confiance.

4 : Se laisser aller au plaisir (donc lâcher-prise !) permet de dédramatiser et de se décrisper, de laisser la fluidité s’installer

5 perso : J’ai hâte de refaire de la moto !

Avec joie et (im)pertinence !
Sylvie

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez pour contribuer à donner de la valeur ajoutée au web.

Et je répondrai à vos commentaires avec intérêt, vous pouvez me faire confiance !