La confiance en soi, vous en entendez parler partout : au travail, en famille, entre amis, dans les ateliers de développement personnel. Vous avez tout essayé, mais rien ne fonctionne vraiment. Vous avez l’impression que vous ne serez jamais aussi à l’aise que votre voisine de bureau. Décryptons ensemble ce phénomène…

Si vous avez la curiosité de taper sur Google « confiance en soi », vous obtiendrez la bagatelle de 17 700 000 résultats. Une analyse simpliste permet de dégager 2 tendances :

  • c’est une thématique fortement recherchée
  • c’est la jungle pour obtenir de l’information pertinente.

 

Définition de la confiance en soi

La confiance en soi se réfère à nos actes, et non à nos pensées. Avoir confiance en soi signifie donc être confiant dans notre capacité d’agir de façon adaptée à une situation donnée.

 

Prenons quelques exemples :
  • j’ai un nouveau client, je suis confiant dans ma capacité à l’accompagner dans sa demande
  • je suis à une soirée, je suis confiant dans ma capacité à parler à de nouvelles personnes
  • je voyage, je suis confiant dans ma capacité à m’adapter à ce pays inconnu
  • on me confie un projet de taille, je suis confiant dans ma capacité à relever le défi

 

 

Symptômes d’un manque de confiance en soi

La personne qui présente un manque de confiance en elle souffre au quotidien d’inhibitions, de frustrations, de difficultés dans les actions courantes et bien souvent finit par abandonner et renoncer devant la montagne que l’obstacle représente pour elle.

 

Prenons quelques exemples :
  • on me propose une mission passionnante, mais je refuse sous prétexte que je n’ai ni les compétences ni la formation adéquate
  • je dois faire des démarches administratives, je préfère envoyer un mail plutôt que de me déplacer ou d’avoir directement en ligne la personne concernée
  • je vais à une soirée, je reste avec les personnes que je connais, voire seule dans mon coin si je ne connais personne
  • je dois œuvrer pour réaliser un projet personnel, mais je reste pétrifié ne sachant par où commencer

 

 

Origines d’un manque de confiance en soi

Cette carence provient principalement de notre mode d’éducation, que ce soit en famille ou à l’école, et elle est souvent amplifiée par des événements perçus comme traumatiques.

 

Il est important de comprendre que c’est la répétition des situations qui détruit petit à petit le capital de confiance en soi dont nous disposons. Car oui, nous partons tous avec un capital. La question est de savoir si nous avons tous la même dose de confiance en soi, sur la ligne de départ. Ce qui est sûr, c’est que ce contexte met constamment  l’individu dans une situation d’échec, forge des croyances sur son incapacité à…, et mine chaque parcelle de sa confiance.

 

Ce capital confiance en soi se délite au fil :
  • des injonctions familiales et sociétales imposées
  • des réflexions répétées (tu es nul, tu n’y arriveras jamais…)
  • des schémas familiaux auxquels nous prêtons allégeance
  • des situations d’échecs non transcendés

Comment transmettre la confiance en soi ?

De toute évidence, en revoyant les modes d’éducation et nos pratiques au travail. Car oui, le monde du travail peut entretenir le manque de confiance en soi, ou au contraire, venir le renforcer. A chacun de choisir son camp.

 

Les grands axes auxquels il convient de porter une grande attention sont :
  • la façon dont les réussites ou les échecs sont présentés
  • la notion de récompense/félicitation en cas de réussite ou d’échec
  • comment tirer des leçons des difficultés, des réussites et des échecs
  • comment rebondir après un échec
  • permettre à chacun d’affronter l’inconnu et l’adversité
  • avoir confiance en l’autre sur sa capacité à puiser dans ses propres ressources
  • montrer l’exemple

 

Une confiance en soi ou des confiances en soi ?

Il est intéressant de constater que selon les domaines de notre vie, nous ne réagissons pas toujours avec la même dose de confiance en soi. Là encore, les modes éducationnels sont à l’origine de ces écarts, lorsqu’ils viennent fragiliser l’un ou l’autre domaine.

 

Ce n’est pas rare de voir des personnes avoir une vie professionnelle épanouie, dans laquelle elles font preuve d’une grande confiance en elle, et en même temps, avoir une vie personnelle médiocre, instable, compliquée voire inexistante. Et l’inverse est tout aussi vrai.

 

Pourquoi ? Parce que ces personnes n’ont pas reçu, au cours de leur éducation, les clés qui permettent de réagir, d’oser ou de faire face à une situation dans tel ou tel domaine.

 

Une personne à qui l’on a répété toute sa vie : « tu n’arriveras jamais à rien » part avec un handicap manifeste pour réussir sa vie professionnelle.

Une personne à qui l’on a répété toute sa vie : « tu es moche » part avec un handicap certain dans sa capacité à rencontrer et garder un partenaire.

 

Il est nécessaire de souligner que les domaines de nos vies ne sont pas cloisonnés. Et que si nous souffrons d’un manque de confiance manifeste dans tel ou tel domaine, il aura un impact sur les autres domaines, même si c’est à moindre effet.

 

La confiance en soi ou l’estime de soi ?

Elle est une composante de l’estime de soi, avec laquelle on la confond bien souvent. Travailler sa confiance en soi permet de renforcer l’estime de soi, une notion vitale à notre équilibre psychologique. Car lorsque l’estime de soi est positive, l’individu agit efficacement et sans se poser des montagnes de questions, se sent bien dans sa peau, et sait faire face aux difficultés de la vie.

 

 

Travailler sa confiance en soi, c’est aussi prendre conscience que nous méritons d’être heureux, que nous sommes des êtres pensants et agissants autonomes, et que nous méritons le meilleur. Il est temps de retrouver notre liberté et notre intégrité.

 

Avec joie et (im)pertinence,
Sylvie

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez pour contribuer à donner de la valeur ajoutée au web.

Je lirai avec intérêt et répondrai à votre commentaire, n’hésitez pas !

 

 

Prochain article : Comment renforcer la confiance en soi ?